HOME | ADVANCED SEARCH | INSTANT PRINT | CONTACT | LOG IN | CUSTOMER SERVICE | DELIVERY | PAYMENT
winkelwagen   Shopping basket

Your shopping basket is empty.

 

Everything for Ensemble:

Recommended!

5 Centuries of keyboard music
Gillispie, John
 


 
in stock

34.50 €    

 
 
Follow us on Facebook

Follow us on

to read all the latest news!

 
Sunday 19 August 2018

Our stores will open on Monday at 10am.

Have a question now? You can reach us by e-mail. We will get back to you as soon as possible.

Our opening hours

 
Quality guarantee

The Unizo E-commerce Label guarantees that you can shop in our web store in good faith.

Learn more...

 
Chanson de bilitis. Debussy, Claude
 
Title

Chanson de bilitis

Composer

Claude Debussy  (1862 - 1918)

Instrumentation

2 flutes, 2 harps, celesta and narrator

Publisher Jobert
   
Available to order This item is not in stock for the moment. Usually leaves our warehouse within five to nine business days. SKU: 59217

Our stores in Antwerp and Leuven
Current stock status per store:
 
five to nine business daysAntwerp
five to nine business daysLeuven

 
39.00
save for later
 

Pierre Louÿs publiait en décembre 1894: "Les Chansons de Bilitis, traduites du grec pour la première fois par P.L." L'auteur, en guise de préface, contait la "Vie de Bilitis", courtisane qui aurait vécu au VIe siècle avant notre ère. Les quatre murs de son tombeau, découvert par un savant allemand, auraient été recouverts de plaques où étaient gravées les "Chansons". La supercherie ne mit pas longtemps à être décelée et l'on sut très vite que ces textes évoquant la Grèce antique étaient de Pierre Louÿs lui-même. Claude Debussy qui, dès 1893 s'était lié d'amitié avec l'auteur d'Aphrodite, avait composé en 1897 trois mélodies dont les paroles étaient empruntées aux Chansons de Bilitis: "La Flûte de Pan", "La Chevelure", "Le Tombeau des Naïades". A l'automne 1900, Pierre Louÿs demande à son ami s'il veut écrire la musique de scène pour accompagner des Chansons de Bilitis récitées et mimées lors d'un spectacle qui devait avoir lieu en la salle des fêtes du Journal. Dans une lettre du 25 octobre, l'écrivain précise qu'il est "disposé à permettre à M. Samuel de reprendre aux Variétés les représentations de Bilitis qui vont être tentées au Journal". Plus loin: "As-tu l'esprit assez libre pour écrire huit pages de violons, de silences et d'accords cuivrés qui donnent ce qu'on peut appeler "une impression d'art" aux Variétés - sans faire hurler d'avance ce pauvre directeur (...)." Debussy accepte et écrit, le 15 janvier 1901: "Je mets la dernière main à Bilitis... si j'ose ainsi m'exprimer, mais je n'ai aucune nouvelle du Journal et de toi-même - que vais-je faire de toute cette musique ?"

Le projet des spectacles aux Variétés n'a pas abouti, mais l'unique représentation au Journal, le 7 février 1901, a fait, dès le lendemain l'objet d'un compte rendu paru dans Le Journal sous les initiales Ed. L. [...] Telle quelle, la musique de scène des Chansons de Bilitis a sa valeur historique en tant que témoignage d'une période qui précède immédiatement l'achèvement de Pelléas et Melisande - au surplus, elle nous donne, avec des pages quasi inconnues de Debussy, par un exemple de sa conception toujours discrète et sensible quand il s'agit d'illustrer un texte, d'en évoquer l'essence poétique

(ISMN 9790230801928)